Information

Ethiopie

Ethiopie

L'Éthiopie est l'un des plus grands États d'Afrique. Le mot «éthiopien» lui-même est littéralement traduit du grec par «un homme au visage bronzé».

Et le terme «Ethiopie» se retrouve dans les inscriptions du 4ème siècle. Les hauts plateaux locaux sont habités par des gens depuis l'Antiquité, c'est devenu l'un des premiers centres d'agriculture. Le premier état sur le plateau est apparu au 5ème siècle avant JC, lorsque les gens d'Arabie ont apporté ici l'écriture, la langue sémitique et la technique de la maçonnerie. Au début de notre ère, le premier royaume féodal d'Axoum est apparu ici, dont le port d'Adulis est devenu un important centre commercial pour le commerce entre l'Égypte et l'Inde. Et à partir du IVe siècle, le christianisme a commencé à se répandre dans le pays.

L'Éthiopie est aujourd'hui une république fédérale. L'agriculture est au cœur de son économie. Il emploie 85% des actifs. Le tourisme en Éthiopie commence à peine à se développer activement. Le pays attire par sa riche histoire, sa nature sauvage, ses tribus distinctives. Mais les gens ont peur d'aller en Ethiopie, percevant le pays à travers le prisme de certains mythes.

L'Éthiopie est le pays le plus pauvre. Le thème de la pauvreté est pertinent pour l'Éthiopie. En termes de revenu par habitant, le pays est l'un des plus pauvres du monde, avec un salaire moyen d'environ 80 dollars par mois. Pour les pays civilisés, ce montant semble insuffisant. En monnaie locale, le birr, cela représente environ 1 500 unités. Mais ils suffisent amplement pour l'achat de biens essentiels tous les mois. Le même café, selon l'endroit en Éthiopie, peut coûter 3 dollars, livres ou birr. Pour la plupart, cette boisson est considérée comme abordable. Plus la région est pauvre, plus il est facile d'y vivre, même avec un petit revenu. La nourriture est bon marché. Les inégalités se manifestent dans les produits de luxe ou les produits manufacturés importés. Par exemple, un fer à repasser chinois ordinaire coûte 750 birr, ce qui jette un doute sur la disponibilité de la plupart des chemises repassées. Le pays est riche en histoire et en relations personnelles, pas financières. L'Éthiopie se vante également de sa nature, de sa culture et de ses sites religieux. Il abrite 80 groupes ethniques uniques, 84 langues autochtones et 200 dialectes. La flore et la faune sont réputées pour leur endémicité. Toute cette richesse est située dans une zone à seulement deux Texas. Et si vous le souhaitez, vous pouvez trouver le luxe à la campagne, notamment dans la capitale. Un exemple est le Radisson Hotel d'Addis-Abeba, ouvert en 2012. Puis le sommet des présidents de l'Union africaine a eu lieu ici.

C'est dangereux en Ethiopie. Lorsque vous vous trouvez dans un pays inconnu, vous devez faire preuve de la plus grande prudence. Les consulats américain et britannique préviennent qu'en Éthiopie, il vaut mieux rester à l'écart de la zone frontalière érythréenne. Les frontières avec la Somalie, le Kenya et le Soudan sont également dangereuses. Périodiquement, des rapports font état de décès ou d'enlèvements de touristes européens. Mais dans les bidonvilles des mégapoles étrangères, le danger n’est pas moindre que dans ce pays. Les Ethiopiens eux-mêmes sont polis, généreux, calmes, avec une tradition de gratitude et d'amour. Cela surprend les touristes que les habitants ont tendance à protéger leurs invités. Le touriste sera certainement aidé, incité de la bonne manière. Les étrangers sont un petit miracle pour les Ethiopiens, malgré toute la diversité ethnique du pays. C'est pourquoi les touristes sont traités plus avec curiosité que comme un objet de crime. Comparé à d'autres pays africains, c'est calme ici. Ils disent que vous pouvez même marcher la nuit. Cela est dû à la morale chrétienne traditionnelle.

L'Éthiopie est sèche et désolée. Le pourcentage de surface de l'eau dans le pays est même légèrement plus élevé qu'en Egypte. Et dans le nord-ouest du pays se trouve le lac Tana d'une superficie de 3600 km2. Malgré des rapports constants de faim et de maladie, la majorité de la population vit sur un plateau vert et fertile. Le climat est doux et humide, les précipitations sont suffisantes. Un climat sec et chaud est caractéristique des régions orientales du pays.

Tous les Ethiopiens sont maigres et courent vite. Le succès sportif des coureurs éthiopiens a formé un stéréotype sur l'apparence des locaux. Mais tous ne sont pas capables d'un long terme. Mais le terrain montagneux chaud équatorial nécessite beaucoup de volume pulmonaire. En combinaison avec le sport, cela donne un résultat. Les Ethiopiens sont également très beaux. Ils ont de merveilleux cheveux luxuriants grâce à une excellente génétique.

L'Éthiopie n'a enrichi le monde en rien. Il y a au moins trois dons principaux du pays de notre civilisation. La cuisine éthiopienne est populaire dans le monde entier. Il est basé sur une variété de ragoûts servis sur un pain plat injera. Plusieurs plats sont généralement disposés sur une table commune afin que chacun d'eux puisse être dégusté à l'aide d'un produit à base de farine. Engera est à la fois l'aliment principal et l'assiette. Un dîner de gala composé d'omelette, de viande grillée, de viande hachée cuite au four et de vin et de Coca-Cola coûtera environ 5 $. La nourriture éthiopienne est considérée comme peu coûteuse mais délicieuse. L'Éthiopie est également le foyer spirituel du mouvement Rastafari. Ses adhérents considèrent le dernier empereur du pays, Haile Selassie I, comme l'incarnation de Dieu. Avant son couronnement, son nom était Ras Tafari Makonnen. Le drapeau tricolore de l'Éthiopie est devenu le drapeau rastafari. En outre, le pays est l'un des principaux fournisseurs de grains de café. C'est la principale destination des exportations de l'Éthiopie.

L’Éthiopie a la chance que le pays ait toujours été indépendant. Le pays est fier de n'avoir jamais été la colonie de quelqu'un. La fierté nationale cache une forte auto-identification - pendant 200 ans, tous les étrangers qui ont «entravé» le progrès ont été expulsés d'ici. Même sans être un partisan du colonialisme, vous pouvez voir ce que l'Angleterre a donné à l'Amérique et à l'Inde. Mais l'Éthiopie, avec ses 14 grands fleuves et les plus grandes ressources en eau, n'a pas acquis de système d'irrigation. Même les infrastructures de base telles que les chemins de fer et un réseau routier asphalté pour approvisionner les régions en nourriture et en biens n'ont pas été créées. Il y a mille ans, en Éthiopie, les gens vivaient dans des huttes au toit de chaume enduites de boue. Mais aujourd'hui, peu de choses ont changé. Les agriculteurs vivent dans des villages sans eau courante ni électricité. Ce n'est pas un hasard si les maladies infectieuses causées par des conditions insalubres et la malnutrition sont le principal problème de santé publique en Éthiopie. L'espérance de vie dans le pays n'est que de 55 ans, des gens meurent de maladies qui sont combattues avec succès en Occident. Peut-être, pour une percée qualitative dans le développement de l'Éthiopie, le statut de la colonie de quelqu'un n'était-il pas suffisant pendant plusieurs décennies.

Les pays développés peuvent rectifier la situation en Éthiopie. Pourquoi l'Éthiopie est-elle toujours l'un des pays les plus pauvres du monde? Chaque année, elle reçoit des milliards de dollars d'aide étrangère, des organismes de bienfaisance envoient ici des choses et de la nourriture gratuites. Des centaines de bénévoles donnent de leur temps et de leur expertise en matière de santé et de développement économique. Cependant, cette approche est quelque peu imparfaite - elle crée une culture cyclique de dépendance. La situation est similaire à celle où un homme pauvre reçoit un poisson et non une canne à pêche et la capacité de l'utiliser. Même les célébrités collectent des fonds, mais où est le point final de cette aide des donateurs? Elle maintient le mode de vie qui s'est développé au fil des décennies, sans contribuer au progrès.

L'Éthiopie est un pays sale et malodorant. Les touristes sont surpris qu'en Éthiopie, personne ne sent les corps en sueur ou sales. Les résidents locaux peuvent être poussiéreux, avec des cheveux non lavés, mais pas d'odeur désagréable. Et le pays est propre. Les gens balaient devant leur hutte tous les matins, et à la première occasion, ils se baignent et se lavent dans la rivière.

L'Éthiopie est le pays de la reine de Saba. La Bible raconte comment la reine de Saba (le chef du pays de Saba, Saba) est venue voir le roi d'Israël Salomon pour goûter sa sagesse et le tester avec des énigmes. Les commentateurs estiment que l'histoire doit être interprétée de telle manière que le mystérieux dirigeant soit arrivé en Israël afin de concevoir un enfant d'un grand dirigeant. Les légendes éthiopiennes disent que leurs dirigeants sont les descendants de la reine de Saba et du roi Salomon. Qui était cette femme reste un mystère. Les historiens pensent que la reine est issue de la civilisation égyptienne. On pense que l'ancien nom égyptien Hatshepsout est traduit par «Reine de Saba». Cette femme pharaon a vécu en 1508-1458 avant JC. rendre votre pays prospère. Jésus-Christ la considérait comme la reine du Sud. Mais où exactement ce royaume était situé - on ne peut que deviner. En tout cas, l'histoire est assez vague à croire. Et n'est-ce pas humiliant pour une reine d'un pays souverain de parcourir mille kilomètres pour concevoir un enfant?

Le dernier représentant de la dynastie Salomon était l'empereur Haile Selassie I. Avant le couronnement de cet homme, son nom était Ras Tafari Makonnen. Mais son père était Ras Makonnen, né paysan près de Gar Mulet et devenu militaire, chef de la province. Lorsque Ras Tafari est devenu empereur, il a retrouvé son nom de baptême - Haile Selassie (Puissance de la Sainte Trinité). D'autres empereurs de la «dynastie de Salomon» avaient de fausses biographies similaires. Les références à leur relation avec les célèbres rois de l'antiquité ne faisaient qu'ajouter de l'autorité aux dirigeants.

Il existe une civilisation sur le territoire éthiopien qui a déjà 3 mille ans. Le berceau de la civilisation est la zone située entre le Tigre et l'Euphrate, mais si vous pensez plus largement - le Croissant Fertile avec le delta du Nil. Selon les archéologues, la civilisation mondiale devrait être prise de 10 à 4000 ans avant JC. Ainsi, les revendications des Abyssins s'inscrivent dans cet intervalle de temps. Cependant, les peuples Habesh qui vivent aujourd'hui en Éthiopie n'ont pas une si longue histoire. En 1888, les colonialistes de l'empereur Menelik détruisirent les peuples libres du sud, intégrant leurs restes dans l'ancien empire abyssin. Son histoire remonte à plusieurs centaines d'années. La civilisation ne peut pas mourir en quelques jours. Il n'y a pas de traces archéologiques reliant le Habesh de langue sémitique aux traces des anciennes civilisations éthiopiennes. Mais les habitants veulent croire en leur histoire et leurs racines uniques.

Les tribus Habesh vivent selon leur propre calendrier unique. Il n'y a pas eu d'invention. Les habitants utilisaient le calendrier julien auparavant et continuent de le faire. Il est apparu à la suite de la réforme du calendrier romain par Jules César. Ce système de chronologie est venu en Éthiopie avec l'Église copte orthodoxe. Et lorsque le monde entier est passé au calendrier grégorien, les moines Habesh sont restés fidèles aux traditions. Maintenant, en Ethiopie, ils se vantent de leur chronologie unique, sans même se douter que le calendrier n'est pas du tout le leur, mais étranger.

L'Éthiopie n'a rien à voir avec la colonisation. On a déjà dit que personne n'avait vraiment colonisé le pays. Mais il y a une nuance intéressante: les Abyssins sont les seuls Noirs à avoir colonisé leurs semblables. Naturellement, les Européens y ont contribué. Les Abyssins sont les seuls à avoir représenté l'Afrique à la fameuse conférence de Berlin, où les grands pays européens ont décidé de se battre pour des colonies sur le continent noir. L'empereur Menelik a représenté l'Abyssinie comme un frère chrétien. Les Européens l'ont aidé avec des armes, qui ont été utilisées pour conquérir d'autres peuples libres. Alors Menelik a vaincu les sudistes libres, faisant de leurs restes ses sujets. L'empereur est devenu le plus grand commerçant d'esclaves, vendant le peuple libre de ses colonies. Les Abyssins fiers n'aiment pas parler de ce côté sombre de leur histoire. Les Ethiopiens se présentent comme des peuples véritablement libres, oubliant qu'ils ont eux-mêmes détruit d'autres peuples et les ont plongés dans l'esclavage.

L'Éthiopie est le seul pays africain à proposer son propre alphabet. Et ce mythe a été inventé par les élites locales pour souligner leur importance pour leurs voisins. Le peuple Habesh utilise l'alphabet Ge'ez (écriture éthiopienne). Mais il n'a pas été inventé ici, mais simplement emprunté aux anciens Arabes. L'alphabet Geez est basé sur la lettre Proto-Sinai avec son propre alphabet. C'était courant dans le Sinaï, la Moyenne Égypte et Canaan. De nombreux noms de lettres en écriture éthiopienne sont liés au cananéen, ayant clairement une base plus ancienne.

Les temples sont libres de visiter en Ethiopie. Dans ce pays, l'église a officiellement décrété que les touristes doivent payer pour entrer dans le temple. Le billet coûte 5 $ et sera aimablement vendu par le prêtre à l'entrée. Les nouveaux temples de la ville sont épargnés, mais dans toutes les anciennes églises, vous devrez payer. Le sanctuaire principal du pays, la ville de Lalibela, se compose de trois groupes de temples. L'admission ici coûte officiellement 55 $, et un groupe de trois personnes ou plus a également droit à un guide payant.

L'Éthiopie est un pays chrétien. L'Éthiopie est vraiment le seul pays chrétien traditionnel du continent. Mais à la périphérie, les positions de l'islam sont fortes. De plus, le luthéranisme se développe rapidement ici. Au total, il y a environ 60% de chrétiens dans le pays et 33% de musulmans.

L'Arche d'Alliance est conservée en Ethiopie. Ce sanctuaire est considéré comme le principal du pays. Il y a des légendes selon lesquelles, à un moment donné, l'Arche a été enlevée de Jérusalem, transportée le long du Nil jusqu'à l'île de Tana-Kirkos, où elle a été cachée pendant 800 ans. Et maintenant, la rareté est conservée à Aksoum, dans la cathédrale dans une chapelle spéciale. Mais vous ne pouvez pas voir l'Arche, il est interdit aux Gentils même de s'approcher du bâtiment. En général, seul un prêtre spécial peut y entrer. Avant de mourir, il nomme son successeur. Mais personne n'a vu l'Arche de l'Alliance dans les yeux. Oui, il existe de nombreuses autres légendes qui appellent un emplacement différent de ce sanctuaire.

Le culte en Éthiopie est similaire au nôtre. Les services ici durent de 8 à 10 heures. En même temps, la musique joue, les tambours battent, beaucoup dansent et certains dorment. Il y a même un bâton de prière spécial sur lequel vous pouvez vous appuyer et faire une sieste. Il n'y a pas de respect particulier pour les objets de service - ils peuvent rouler dans la boue dans l'église. L'autel des églises chrétiennes est conçu à l'image du Saint des Saints de Jérusalem - seuls les prêtres peuvent y entrer. Le service a lieu dans la langue ancienne Ge'ez, que seuls les moines comprennent. Et le culte des reliques n'est pas pratiqué ici. Les Éthiopiens ne se croisent pas, mais ils adorent les icônes et les livres sacrés, les embrassant avec leur tête. Les croyants vénèrent la croix, étudient la vie des saints.


Voir la vidéo: Ethiopie, le dragon africain. Boom économique et croissance à deux chiffres (Décembre 2021).